Recherche

Burn out, qu’est ce que c’est ?

burn out le mal du siècle

Le burn out est un mal de plus en plus présent dans le monde du travail. Les salariés contraints à se mettre en arrêt maladie pour cette raison sont de plus en plus nombreux. 24 % des salariés français sont en situation d’hyper stress et 18 % des salariés ont été victimes d’un burn-out. Il s’agit d’un stress chronique qui envahi la vie du salarié et qui peut avoir de très graves conséquences sur sa santé s’il n’est pas pris en charge. Découvrez dans cet article ce qu’est réellement le burn out, quelles en sont les conséquences et surtout comment l’éviter ou y remédier.

 

Qu’est-ce que le burn out ?

Burn out : définition

les symptômes du burn outSelon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) dans un article de Passeport santé, les effets du stress sur la santé mentale des employés se manifestent surtout dans les pays industrialisés. Ce phénomène serait dû au changement du monde du travail au cours des décennies, en effet la mondialisation a créé des situations de compétitivité et de globalisation des marchés. Cela a eu pour conséquence de créer la précarité de l’emploi, des conditions de travail moins agréables et une hausse de l’exigence envers les salariés.

Les employés qui se retrouvent dans une situation de burn out sont en situation de stress chronique et d’épuisement. Pour la grande majorité, la raison de ce stress est une charge de travail élevée, il y a également d’autres situations qui peuvent conduire à l’état de surmenage au travail :

  • manque d’autonomie, si la personne ne participe pas à la prise de décision pour les tâches qui lui incombent,
  • faible reconnaissance, si le salarié n’obtient aucune reconnaissance pour son travail,
  • faible soutien social, s’il y a peu d’interactions ou de mauvaise qualité avec le supérieur ou les collègues,
  • communication insuffisante, entre la direction et les employés quant à l’organisation et les objectifs de l’entreprise.

Le burn out est désormais considéré comme une maladie et est présent dans la catégorie des risques psychosociaux professionnels. Selon l’OCDE, dans un article de Village de la justice, le stress au travail a fortement augmenté lors des 10 dernières années. Environ 2 salariés sur 10 sont aujourd’hui concernés par le burn-out.

 

Comment détecter les symptômes du burn out ?

Le burn out présente des signes avant-coureurs auxquels il faut prêter attention. Voici ses symptômes et modifications du comportement : 

  • grande fatigue, 
  • troubles du sommeil, 
  • irritabilité, 
  • agressivité, 
  • perte de concentration.

 

Comment faire face au surmenage au travail ?

Consulter son médecin traitant

La première chose à faire lorsque l’on pense souffrir de burn out est de consulter son médecin traitant. Il pourra effectuer un bilan de santé, il pourra identifier les symptômes et causes du burn out, il décidera ou non d’un arrêt de travail.

Suite à cela le salarié peut le faire reconnaître en tant que maladie professionnelle. En effet, selon l’article L.461-1 du Code de la Sécurité sociale établi que « les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle ». 

Cependant, pour être reconnu, le burn out doit répondre à certaines conditions :

  • être entièrement causé par le travail,
  • entraîner une incapacité permanente partielle (IPP) de minimum 25 %.

Signaler sa situation

demander de l’aide en cas de burn out Lorsque le burn-out est reconnu, il est important que le salarié le signale à son entreprise dans le but de remédier à la situation, mais également faire valoir ses droits.

Il peut effectuer les actions suivantes : 

  • expliquer la situation auprès de ses collègues, de son supérieur hiérarchique, et auprès des ressources humaines ;
  • s’informer et se rapprocher des institutions représentatives du personnel (délégué du personnel, CHSCT etc.) ;
  • demander une visite à la médecine du travail ;
  • informer l’inspection du travail.

Dans certains cas le burn-out peut être la conséquence de harcèlement moral. Le salarié peut demander la mise en place d’une médiation comme cela est indiqué dans le Code du travail dans l’article L.1152-6. Le salarié devra cependant prouver que son burn out est exclusivement liée à sa profession et qu’elle l’a plongé dans un état de maladie et de ce fait aura été partiellement incapable de retravailler.

Dans le cas où la CPAM reconnaît la maladie professionnelle, le salarié pourra bénéficier d’indemnités.

 

Changer de métier

Si la situation ne connaît pas une nette amélioration, le salarié pourra décider de rompre son contrat avec son employeur, il est aussi possible de saisir le conseil de prud’hommes. Il faudra donc que le salarié change de métier, en choisissant un poste qui correspond à ses qualifications et qui lui permette de bénéficier d’une meilleure qualité de vie au travail.

Pour cela il peut être intéressant pour lui de se former. Tous les employés bénéficient d’une somme allouée à la formation qui est disponible sur le CPF (compte personnel de formation). Pour chaque année de travail, des euros sont crédités sur ce compte. Il est possible de les utiliser que l’on soit employé ou bien en période de chômage. Grâce à cette somme, il est possible d’effectuer notamment les formations suivantes :

 

Vous savez désormais reconnaître les signes avant-coureurs d’un burn out. Le surmenage au travail est une des premières causes des arrêts maladie en France depuis plusieurs années. Les solutions existent face au surmenage au travail et il est possible d’améliorer son quotidien au travail.