Recherche

Management collaboratif : 4 principes pour le mettre en place

management collaboratif, les 4 principes

Appliquer le management collaboratif avec la règle des 4 C

En opposition aux différents styles de management traditionnels, le management collaboratif fait partie des nouvelles formes de management. Il se fonde sur plusieurs principes tels qu’une simplification des rapports hiérarchiques, une organisation managériale plus agile et une meilleure transversalité dans les échanges. Ce mode de gestion situationnel a déjà fait ses preuves : un processus de prise de décision plus rapide, des collaborateurs plus investis, une communication plus fluide, etc.. Tout cela, le management collaboratif le doit à ses 4 grands principes nommés : « règle des 4 C ». Voici comment les appliquer concrètement pour instaurer un type de management collaboratif en entreprise et développer de nouvelles compétences managériales.

Principe n° 1 : la Coopération

La coopération est au cœur du management collaboratif. En référence à ce principe, ce style de gestion est également appelé management coopératif

La coopération désigne le fait de travailler ensemble, dans le but de mobiliser un maximum d’idées pour faire appel à l’intelligence collective et donc, de parvenir à un meilleur résultat. Chacun est encouragé à régulièrement formuler des suggestions, que ce soit pour améliorer les modes de travail ou bien pour partager ses compétences en collaboration avec les managers. 

entraide et coopération d'équipeDans les faits, le management collaboratif est un modèle de management lié à l’innovation. Et celle-ci se nourrit d’idées diverses. Ainsi, le manager peut appliquer le principe de coopération en favorisant la co-créativité entre les collaborateurs. Comment ? En permettant à chacun d’émettre une nouvelle idée pour compléter celles des autres par exemple. 

Pour que cela fonctionne, il faut que le soutien, l’esprit d’équipe et l’objectif de complémentarité entre les membres de l’équipe soient des valeurs fortes. Qu’il s’agisse d’apporter une aide technique ou sur le plan relationnel, la coopération permet de faire avancer les projets plus efficacement

Enfin, le principe de transversalité vient stimuler la coopération. La transversalité abaisse les frontières hiérarchiques et va à l’encontre d’un management autoritaire en permettant à chaque personne de s’adresser directement à un collègue ou à un supérieur sans avoir à passer par différents intermédiaires. Un bon manager collaboratif a pour rôle d’instaurer un climat de confiance et d’égalité entre les membres de son équipe, afin de supprimer le plus possible ces barrières. Cependant, il doit faire attention à conserver un rôle de leader pour entraîner positivement ses collaborateurs, tout en restant une figure d’encadrement. 

Instaurer la transversalité dans les échanges facilite la réactivité et permet de résoudre plus rapidement les problèmes. Pour le manager, opter pour un style de management collaboratif est l’occasion de développer une forme de leadership participatif et consultatif, afin de déléguer certaines tâches avec plus de souplesse.

En résumé, coopérer s’apprend, et ne se résume pas à simplement travailler en équipe. La flexibilité du management collaboratif encourage la participation et la solidarité sous toutes ses formes en développant une nouvelle manière de manager.

Principe n° 2 : le Choix

Le management collaboratif favorise l’engagement des collaborateurs, par choix et non par obligation. Il considère que l’entreprise doit offrir de la liberté à ses collaborateurs, afin de leur laisser toute la décision de s’engager par eux-mêmes. Les employés ne sont pas considérés comme subordonnés à l’autorité de leur supérieur. 

prendre les meilleures décisions en managementEn mode collaboratif, les salariés ont la liberté d’organiser leur travail comme ils le souhaitent. Ils sont autonomes et fixent eux-mêmes les résultats et objectifs à atteindre, en collaboration avec leur supérieur et/ou leurs collègues. 

Il ne s’agit donc pas d’appliquer un principe de liberté à tous les étages qui aurait plutôt tendance à freiner la productivité de l’entreprise, mais de responsabiliser et de motiver chaque collaborateur en lui accordant une totale confiance. Pour que cela fonctionne, chaque membre de l’équipe doit faire preuve de responsabilité sur le plan organisationnel, en assumant les bons, mais aussi les mauvais résultats, et en sachant se remettre en question lorsque cela est nécessaire

De ce fait, le management collaboratif n’est pas applicable tel quel à toutes les entreprises. Sa mise en place exige parfois une transition progressive du rôle du manager. De leur côté, les collaborateurs doivent aussi être préparés à un management moins directif, qui s’avère moins sécurisant pour certains d’entre eux. 

Vous êtes responsable d’équipe et vous souhaitez transiter vers un nouveau mode de management ? Moovéus vous propose une formation personnalisée au management collaboratif, pour développer vos compétences managériales tout en  prenant en compte toutes les spécificités de votre équipe. 

Principe n° 3 : la Confiance

La confiance est au cœur de toutes les problématiques du management collaboratif. Pour laisser de la liberté à son équipe et favoriser son engagement personnel, un responsable doit nécessairement lui accorder sa confiance. Cependant, faire confiance et attendre de voir si cela a porté ses fruits n’est pas suffisant. De la même façon, appliquer un management directif, paternaliste ou persuasif n’est pas non plus la solution lorsque l’on cherche à développer l’autonomie des collaborateurs et la prise d’initiative

mettre en confiance grâce au management collaboratifL’authenticité, la transparence et la sincérité sont les clés d’une relation de confiance. Pour les stimuler, le manager doit créer des occasions. Concrètement, cela peut passer par un processus d’interrogation libre et bienveillant : pendant un moment défini en amont, le collaborateur peut se confier sans limites sur d’éventuels désagréments, tout comme son manager peut le faire. 

En dehors de ces temps d’échange cadrés, le collaborateur doit savoir qu’il peut prendre contact à tout moment avec son supérieur pour lui poser une question ou se confier sur un problème. Cela suppose que la communication soit au centre des valeurs du manager et de son équipe. Pour mieux communiquer, le responsable d’équipe peut mettre en place quelques outils, comme une boîte dans laquelle il peut recueillir les avis objectifs des employés concernant sa façon de manager. Ces avis peuvent être anonymes ou non, au choix des collaborateurs. De manière générale, le manager se doit d’être accessible. Il doit permettre à chacun d’échanger avec lui dans différents contextes : autour d’un café, par messagerie interne, dans son bureau, etc.. Pour les responsables itinérants, il est essentiel de fixer des plages de présence réservées uniquement à écouter les employés. 

Le mode managérial collaboratif implique de nouvelles pratiques managériales et de nouveaux modes de travail. De la création d’un environnement de travail agréable à la possibilité d’opter pour le télétravail, l’implication des managers est essentielle à la mise en place de modes de management plus flexibles. 

Enfin, le manager doit garder à l’esprit que la confiance n’est pas innée et qu’elle s’acquiert en instaurant une proximité avec chaque personne. Son rôle est également de valoriser chaque membre de l’équipe à sa juste valeur, sans prendre en compte son statut ou sa position hiérarchique dans l’entreprise. 

Au quotidien, cette valorisation peut consister à remercier un salarié pour son investissement sur un projet en particulier, ou encore à lui proposer une nouvelle mission plus engageante. De manière logique, un collaborateur qui constate que ses efforts sont reconnus et valorisés accordera une plus grande confiance à son manager. 

Principe n° 4 : la Convivialité

le management collaboratif laisse place à la convivialitéLa convivialité dans l’entreprise est l’une des premières motivations d’un salarié. De ce fait, l’ambiance et le bien-être au travail font désormais partie des sujets qui préoccupent les managers. Plus globalement, l’atmosphère de travail est directement liée à l’épanouissement des salariés. Pourquoi est-ce important ? Tout simplement parce que des collaborateurs épanouis sont plus créatifs et plus engagés dans leur travail, une condition essentielle pour pratiquer un management plus collaboratif. 

Pour créer de la convivialité, le manager peut organiser des événements en dehors ou sur une partie du temps de travail. Que ce soit pour célébrer un succès ou renforcer les liens entre les collaborateurs autour d’activités variées, pour l’arrivée ou le départ d’un collègue par exemple.

En somme, le management collaboratif dresse un constat bien contraire à la plupart des styles de management qui l’ont précédé : non, convivialité ne rime pas avec manque à gagner dans une entreprise. Les relations humaines sont considérées comme un levier de performance essentiel. Sur l’année 2018 par exemple, 58 % des salariés ont jugé que la collaboration était en progrès dans leur entreprise. 

Pour certaines entreprises, mettre en place un management axé sur la collaboration représente une nécessité afin de perdurer. Pour d’autres le défi est plus compliqué à relever, mais avec la bonne aide et les bons outils, tout est réalisable ! Dans tous les cas, la transition vers un mode de management plus souple doit se faire de manière progressive, en prenant en compte la situation de l’entreprise et les attentes des membres de l’équipe. La règle des 4 C et cet article peuvent commencer à vous accompagner en ce sens. En revanche, si vous êtes manager et que vous souhaitez vous former au management collaboratif efficacement, Moovéus peut vous aider ! Vous développerez et certifierez ainsi vos compétences managériales et votre leadership pour devenir un manager confiant et inspirant pour votre entreprise.