Recherche

Comment satisfaire et motiver les salariés ? Partie 2

visage satisfait et motivé

Voici la seconde partie de notre dossier. Dans la première partie, nous vous parlions des solutions applicables du point de vue relationnel. Dans cet article, nous présentons des solutions organisationnelles qui permettront d’instaurer durablement la satisfaction et la motivation au travail. Que vous soyez salarié ou manager, cet article vous concerne. Découvrez comment booster la motivation au travail. 

Si vous n’avez pas encore lu « comment satisfaire et motiver les salariés ? Partie 1. », nous vous invitons à le faire avant de poursuivre votre lecture. Sinon, vous risquez de passer à côté de précieux conseils pour améliorer la motivation au travail !

Faciliter l’embauche et l’intégration de nouveaux collaborateurs

Satisfaire et motiver les salariés commence dès la phase de recrutement. En effet, la logique veut que l’entretien d’embauche soit pour le candidat le moment de convaincre de ses capacités et de son envie de travailler au sein de l’entreprise. Cependant, c’est aussi l’étape qui va définir son niveau de motivation.

En tant que recruteur, il est donc primordial d’être honnête sur la façon dont fonctionne l’entreprise. D’une part, cela permet au candidat de ne pas avoir de mauvaise surprise lors de son embauche. D’autre part cela l’incite à être, lui aussi, totalement honnête envers vous. Le recrutement est donc le bon moment pour poser les bases d’une relation saine au travail. Partir sur un pied d’égalité en termes de respect et de communication, présage d’une bonne collaboration future. Pour ce qui est des salariés déjà en place, les intégrer dans le processus de recrutement leur permet de se sentir impliqués dans la vie de l’entreprise. Une décision collégiale va permettre de satisfaire et motiver les salariés en plus de faciliter l’intégration du nouveau collaborateur. 

intégration nouveau salarié

Afin d’améliorer la motivation au travail, l’accueil et l’intégration d’un nouvel arrivant nécessitent également une attention particulière. Il est important que ses premiers jours soient préparés et que son arrivée soit prévue :

  • matériel(s) disponible(s) et prêt(s) à l’emploi ;
  • visite des locaux ;
  • présentation des services ;
  • collègues prévenus ;
  • formation si nécessaire ; 

Là encore, les salariés de l’entreprise doivent être impliqués. Que ce soit pour une visite, pour l’aider à s’installer ou pour répondre à ses questions. Ainsi, les équipes sont plus soudées, plus motivées. Le nouveau salarié sera rapidement en confiance et pourra donc très vite être efficace. 

 

Réduire les réunions pour améliorer la motivation au travail

L’ennui peut tuer tous vos efforts pour satisfaire et motiver les salariés. Au travail, les sollicitations sont multiples et rarement essentielles. Le problème, c’est qu’à force de perdre du temps les salariés en oublient leurs objectifs et finissent par se démotiver. Un fléau bien connu frappe notamment l’efficacité et la motivation des salariés : le syndrome de la « réunionite aigüe ». Vous savez, cette manie de faire des réunions tout le temps, pour tout et donc pour rien. 

Un sondage réalisé par Opinion Way rapporte que sur une année complète, trois semaines entières sont consacrées aux réunions. Les salariés y consacreraient donc environ 4,5 heures par semaine de leur temps de travail. Ce sondage révèle également à quel point les salariés ne voient que rarement l’intérêt de ces réunions. En effet, 18 % de ces derniers se plaignent qu’il n’y ait ni d’ordre du jour ni d’objectif clairement défini durant ces rassemblements. 26 % ne voient simplement pas la nécessité de leur présence. Logiquement, cela engendre une baisse de motivation, surtout lorsque 75 % des salariés indiquent ne pas avoir la possibilité de décliner l’invitation. 

Outre la démotivation qu’engendrent les réunions trop fréquentes, cela incite aux comportements non professionnels, mais aussi à la diminution de la qualité de travail et des résultats des salariés. 44 % d’entre eux utilisent leur smartphone ou ordinateur pour faire autre chose pendant les réunions, dont 22 % pour consulter internet. De plus, ces réunions représentent du temps de travail inutilement gaspillé qui nuit fortement à la performance de l’entreprise. Seuls 52 % des salariés considèrent les réunions comme productives, le sondage indique aussi que seulement 1 réunion sur 4 permet d’aboutir à une prise de décision, toujours selon ces derniers. 

Pour satisfaire et motiver les salariés, le manager doit donc impérativement réduire le nombre et le temps des réunions. Il doit veiller à organiser des moments d’échanges utiles, productifs et qui ont un sens pour tous ceux qui y sont conviés. Pour réduire les réunions, le manager doit se rendre disponible en cas de besoin. Les salariés pourront donc le solliciter en dehors de ces temps d’échanges qui sont souvent organisés pour répondre aux questionnements. Les salariés seront plus efficaces. Ils auront plus de temps pour se consacrer à leurs priorités professionnelles et atteindront plus facilement et rapidement leurs objectifs. La conséquence de cela ? Les salariés seront sereins, ne se sentiront pas obligés de rapporter du travail chez eux ou de rester plus tard, car le travail demandé est désormais effectué dans la journée. Ce nouvel équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle va, à coup sûr, améliorer la motivation au travail.

 

Former pour satisfaire et motiver les salariés

Lorsqu’un salarié est au même poste depuis plusieurs années, dans la même entreprise, la lassitude finit parfois par pointer le bout de son nez. La routine quotidienne est un facteur majeur de démotivation au travail. C’est pourquoi, afin de maintenir le niveau d’efficacité des équipes, les managers doivent aider les salariés à élargir leurs missions autant que possible. Dès que le besoin s’en fait sentir. Cela permet de satisfaire et de motiver les salariés en leur donnant un coup de booste qui se traduira positivement et rapidement dans les résultats.

salariés satisfaits et motivés

En participant à de nouvelles actions ou en découvrant de nouvelles tâches, le salarié va pouvoir actualiser, améliorer ou développer de nouvelles compétences. Cependant, pour que ce processus soit une réussite, le manager doit rassurer et accompagner le collaborateur. Par exemple, il peut lui proposer de réaliser un bilan de compétences. Le bilan de compétences va permettre au salarié de connaître ses atouts et de préciser ses besoins tout en affinant ses envies professionnelles. Ainsi, il pourra plus facilement s’orienter vers de nouveaux postes disponibles dans l’entreprise. 

Pour aller plus loin même, ces nouvelles missions éveilleront peut-être chez le salarié l’envie de se former. La formation est un levier capital pour maintenir ou améliorer la motivation au travail. Proposer des actions de formation envoi un signal puissant au collaborateur : l’entreprise compte sur lui et investit en lui. Pour ce faire, les entreprises disposent de dispositifs adaptés pour mettre en place et financer des actions de formation. En fonction des projections à court, moyen et long termes des besoins en compétences de l’entreprise, le salarié peut accéder à une liste de formations entièrement prises en charge pour développer ses compétences. Formations métiers, techniques ou formations sur des compétences transversales comme le TOSA, le TOEIC, CléA, la VAE, etc.. Les possibilités sont nombreuses et probablement adaptées à votre besoin.

En offrant la possibilité aux salariés de monter en compétences, de prendre de nouvelles responsabilités et de découvrir éventuellement un nouveau métier, le manager stimule leur motivation au travail. Leur offrir des perspectives d’évolution et de formation est donc un excellent moyen pour satisfaire et motiver les salariés. 

 

Rémunérer équitablement pour satisfaire et motiver les salariés

On dit que l’argent ne fait pas le bonheur, pourtant, il reste un levier puissant afin d’améliorer la motivation au travail. Au-delà du montant, l’équité de la rémunération entre les différents salariés est capitale pour maintenir un niveau de satisfaction et de motivation élevé. Lorsque des inégalités de salaire se font connaître, et ce, pour un travail perçu comme identique et des résultats similaires, les salariés ressentent légitimement une injustice et se démotivent. C’est pourquoi des solutions doivent être appliquées afin de maintenir leur engagement et leur niveau d’efficacité. 

Les grilles de salaire

La première option pour éviter ce type de problème est d’instaurer, comme dans beaucoup d’entreprises, des grilles de salaire. Ces grilles permettent de fixer des paliers de salaire en fonction de différents critères : niveau d’études, expériences, temps d’ancienneté, etc.. Ainsi, chaque employé reçoit une rémunération équitable et préalablement définie par un document commun, auquel il peut se référer. C’est une solution qui réduit les inégalités et qui va satisfaire et motiver les salariés. 

Cependant, cette option présente quand même quelques fragilités en termes d’objectivité et d’égalité. C’est-à-dire que deux salariés exerçant au même poste et se situant dans la même catégorie de rémunération toucheront un salaire identique. Et ce, même si le premier salarié effectue un travail irréprochable et dégage d’excellents résultats, tandis que le second est moins rigoureux et performant. La qualité du travail et la productivité du salarié ne sont donc pas prises en compte dans ce système et peuvent être également source de démotivation.

Les variables

La seconde option est donc à privilégier pour mieux satisfaire et motiver les salariés. Toutefois, elle suppose une organisation de l’entreprise plus moderne que l’on retrouve notamment dans les entreprises dites libérées. En effet, cette alternative permet de fixer clairement des salaires (en général en fonction du même barème que dans la première option), mais permet aussi d’octroyer des variables. Grâce à des règles d’attribution lisibles et parfaitement expliquées, les salariés peuvent recevoir des primes en fonction de leur mérite. Un employé qui travaille mieux et plus efficacement que son collègue pourra donc recevoir une compensation. L’investissement personnel est ainsi récompensé, une démarche intéressante pour améliorer la motivation au travail. 

De plus, dans les entreprises libérées, il n’est pas rare qu’un partage équitable des bénéfices soit généré entre l’ensemble des collaborateurs. Par exemple, chez Poult (biscuiterie française), les bénéfices que réalise l’entreprise sont reversés sous forme de primes d’intéressement aux employés. Pour renforcer l’équité entre les salariés, cette prime est identique pour tous les collaborateurs, quelle que soit leur rémunération fixe initiale. Bien sûr, un tel changement n’est pas forcément possible dans une entreprise encore « classique ». Toutefois, ces quelques pistes de réflexion peuvent apporter des solutions sur le plus long terme. Elles permettront de rendre les salaires plus équitables et donc de satisfaire et motiver les salariés. 

 

Communiquer et informer pour satisfaire et motiver les salariés

salarié satisfait au travailMiser sur la transparence en entreprise est l’une des clés pour satisfaire et motiver les salariés. Un conseil : ne pas lésiner sur la communication interne. Trop communiquer n’est jamais un problème, cependant, le manque d’information peut entraîner de lourdes conséquences sur l’implication des salariés et leur motivation au travail. Une mauvaise ou une absence de communication envoie malgré tout un message aux collaborateurs : vous n’êtes pas assez importants pour être prévenus.

Lorsque des changements affectent directement l’entreprise et qu’aucune information n’est transmise aux équipes, un sentiment de mise à l’écart va naître chez les salariés. En plus, cela va créer une rupture entre la structure et son personnel qui engendre logiquement la désunion. En situation de crise par exemple, si les salariés ne sont pas correctement informés de la situation et de son évolution, le moral de ces derniers va diminuer ce qui ne va pas améliorer la motivation au travail. L’entreprise ne pourra donc pas faire front et gérer les événements difficiles. 

Si les équipes ne disposent pas des bonnes informations au bon moment en ce qui concerne leur propre travail, elles vont se démotiver faute de ne pas pouvoir effectuer convenablement leur mission. L’ensemble des salariés peut aussi être agacé, énervé ce qui conduirait inévitablement à des conflits et donc à une inefficacité globale de l’entreprise.

Avoir une bonne communication interne permet de satisfaire et motiver les salariés et apporte de nombreux avantages pour l’entreprise. On constate notamment un accroissement de l’investissement personnel des salariés, ce qui permet de mieux faire face à la concurrence. Si l’investissement est important, c’est un signe que le bien-être au travail est présent au sein des équipes. L’entreprise va donc enregistrer une baisse du turn-over et constater la fidélisation de ses collaborateurs. Une bonne circulation de l’information va également permettre d’instaurer un climat de confiance grâce à un dialogue renforcé entre les différentes strates de l’entreprise. La communication donnera donc du sens aux actions et ainsi permettre de développer la réussite et le succès collectif. Cette bonne marche de l’entreprise favorise l’épanouissement personnel, ce qui contribue à faire diminuer le taux d’absentéisme.

Toutefois, si actuellement votre entreprise ne communique pas du tout, la mise en place d’une communication devra se faire petit à petit. Pour que cette démarche soit comprise par tous, il faut d’abord faire évoluer l’entreprise sur le relationnel. Rappelez-vous, nous en avons parlé dans la première partie de ce dossier. Avant d’impliquer les salariés, il faut d’abord les responsabiliser. Si depuis toujours l’entreprise n’accorde aucune autonomie à ses équipes, les collaborateurs auront peut-être du mal à comprendre l’intérêt d’une telle communication et ne sauront pas forcément quoi faire de ces informations. En revanche, une fois les salariés responsabilisés et sensibilisés à cette démarche, la communication interne les aidera à mieux se saisir de certaines situations. Ils pourront même commencer à prendre des décisions qui seront pertinentes et efficaces. Parce que les salariés comprennent mieux, ils sont plus engagés ce qui va efficacement améliorer la motivation au travail. 

Vous souhaitez informer pour mieux satisfaire et motiver les salariés ? Des outils et leviers de communication interne existent pour vous y aider :

  • journal interne d’entreprise,
  • intranet,
  • boîte à idées,
  • affichage,
  • e-mails,
  • événements.

 

Ce dossier est terminé. Grâce aux deux parties le composant, vous avez désormais en main des solutions applicables pour améliorer la motivation au travail. Le but n’est pas forcément de toutes les mettre en place et dans un temps record. Au contraire, l’avantage de disposer d’autant de ressources est de pouvoir les choisir pour qu’elles collent parfaitement aux besoins de l’entreprise. Car entreprendre autant de changements peut s’avérer compliqué. Vous devrez donc sélectionner ce qu’il y a de plus pertinent et de faisable au sein de votre structure. C’est aussi une stratégie sur le long terme. Au fur et à mesure de sa transformation, l’entreprise pourra petit à petit appliquer l’ensemble de ces solutions pour satisfaire et motiver les salariés efficacement et durablement.

Vous souhaitez en lire plus sur la vie d’entreprise et sur l’emploi ? Le blog Moovéus regorge de nombreux conseils, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil !