Recherche

Comment satisfaire et motiver les salariés ? Partie 1

salariés motivés et satisfaits

Vous êtes salarié et n’êtes pas satisfait ou motivé au travail ? Vous êtes manager et souhaitez booster vos équipes et les rendre plus efficaces ? Cet article vous concerne. Nous avons élaboré un dossier en deux parties, afin d’apporter une réponse complète sur la façon de satisfaire et motiver les salariés. Si vous êtes un employé, vous pourrez proposer la mise en place de certaines de ces solutions à votre supérieur pour améliorer votre quotidien professionnel. Si vous êtes manager, suivre ces directives vous permettra d’obtenir de meilleurs résultats, mais surtout de fidéliser vos collaborateurs en travaillant sur leur bien-être au travail. Découvrez la première partie de ces solutions : développer le relationnel pour augmenter la satisfaction et la motivation au travail.

 

La confiance, facteur de motivation au travail 

Faire confiance est un élément majeur pour satisfaire et motiver les salariés. C’est une marque de reconnaissance, cela leur fait savoir qu’ils ont quelque chose à apporter dans l’entreprise et que vous avez besoin d’eux pour y parvenir. Accorder votre confiance à vos subordonnés leur permet donc de se sentir importants et utiles. Des sentiments indispensables au maintien de leur motivation.

La confiance peut également avoir un impact positif sur la productivité. En instaurant un rapport de confiance avec son collaborateur, le manager peut l’inviter à prendre des libertés avec les process ou à tenter de nouvelles actions, à innover ou à être force de proposition en fonction du contexte et de la nature de son poste. Dans tous les cas, il aura probablement moins d’appréhension à se dépasser et atteindra ses objectifs plus facilement, parfois même plus rapidement. 

La motivation des salariés passe donc par la confiance qu’on leur accorde. Les soutenir et les laisser progresser par eux-mêmes est donc un excellent encouragement qui impacte positivement la satisfaction et la motivation au travail.

 

Le respect, moteur de la satisfaction au travail

manager qui essaie de satisfaire et motiver les salariés par l’humourVeiller au respect de chacun est fondamental pour assurer de bonnes conditions de travail et ainsi satisfaire et motiver les salariés. Le respect permet à chaque individu de s’épanouir au sein de l’entreprise en se sentant libre et en sécurité. Si un employé se sent respecté, il se sentira par la même occasion considéré et important. 

Pour appliquer le respect au quotidien, les règles de courtoisie sont, par exemple, primordiales. Ainsi, chaque salarié doit s’assurer de dire bonjour et au revoir, d’être souriant (le plus souvent possible) et bienveillant, de s’excuser des retards occasionnels, faire l’effort d’échanger et de s’intéresser sincèrement à ses collègues, etc.. 

Pour optimiser cette satisfaction au travail, le manager doit aussi être attentif à la façon dont les salariés interagissent entre eux. Les propos doivent toujours êtres corrects et le travail de chaque personne respecté, peu importe son niveau de qualification ou de responsabilité. Aucun poste ne doit être sous-estimé ou dévalorisé. En appliquant cela, chaque personne s’assure du respect des autres, mais également du respect qu’on lui accorde. De cette façon, la satisfaction au travail des salariés s’en verra consolidée. 

 

La délégation pour satisfaire et motiver les salariés

Pour motiver les salariés, il faut savoir déléguer. La délégation du pouvoir en entreprise découle automatiquement de la confiance et du respect précédemment mentionnés. Cependant, plusieurs paliers doivent être respectés avant de répartir le processus de décision. Voici comment déléguer correctement afin de satisfaire et motiver les salariés.

Palier 1 : le style de management

Afin de créer plus de satisfaction et de motivation au travail les ordres sont à proscrire. Plus vos équipes auront l’impression d’être des machines et d’être uniquement là pour suivre des directives à la lettre, plus leur niveau de motivation et de satisfaction au travail va diminuer. Cette façon de faire infantilise les salariés et les dévalorise, en leur donnant le sentiment d’être remplaçables et incapables. Pour satisfaire et motiver les salariés, le manager ne doit pas être perçu comme le chef, mais plutôt comme un coach. Ce dernier doit accompagner, non pas ordonner, de façon à ce que son équipe puisse devenir autonome et performante. Il donne ainsi aux employés les moyens de prendre en main la réussite collective, mais également leur propre succès professionnel. Ce genre d’organisation flexible est souvent mis en place dans les entreprises « libérées » et force est de constater que ces structures obtiennent ainsi de très bons résultats. Cette efficience est notamment développée dans un article de DHCP consulting qui explique : « des résultats très intéressants ont découlé la plupart du temps de cette nouvelle approche et semble montrer que les idées fondant l’entreprise libérée représentent plus une assertion véridique qu’une illusion rêveuse. Chez inov-On elle a produit un chiffre d’affaires en hausse de 15 % et une rentabilité multipliée par quatre, chez Poult une croissance de 13 % en 2013 sur un marché en recul de 2 %, quand à Favi, elle est devenue leader européen. Dans le monde, la vénérable maison Harley-Davidson, au bord de la faillite en 1983, a été sauvée par une animation de ce type, des entreprises comme Gore, ou HCL Technologies ont réalisé ainsi un remarquable développement de leurs résultats, et même certains services publics belges, sont devenus soudain très performants. »

Palier 2 : la responsabilisation 

La responsabilisation des employés est fondamentale pour mettre en place l’autogestion ou accorder plus d’autonomie. Grâce à cela, les collaborateurs prennent conscience qu’ils devront répondre de leurs actes. Sans cette dimension, difficile pour eux de se sentir réellement acteur de ce qu’ils mettent en place. S’il n’y a pas de conséquence à leurs actions, comment peuvent-ils savoir qu’ils sont vraiment utiles ? Les responsabiliser est donc un excellent levier pour augmenter leur motivation et leur satisfaction au travail. Si les employés sentent que leurs actions ont un impact sur leur environnement de travail et qu’ils font avancer les projets de l’entreprise, ils se sentiront valorisés. C’est donc une solution efficace pour satisfaire et motiver les salariés. 

Palier 3 : l’autonomie

équipe de salariés satisfaits et motivésPour que les employés soient autonomes, il ne suffit pas de les laisser faire seuls. Il faut surtout mettre à leur disposition les moyens adaptés pour qu’ils atteignent leurs objectifs ou pour qu’ils réalisent leurs tâches en toute indépendance. Cette autonomie peut notamment être acquise grâce à des actions de formation. La formation professionnelle va garantir au salarié l’adaptation de ses compétences aux évolutions de son poste et assure le maintien de ses capacités à l’occuper. Plus le salarié est à l’aise sur ses missions et connaît l’ensemble des composants de son poste, plus il sera autonome. 

En leur donnant de l’autonomie, les salariés auront le sentiment de pouvoir agir sur leur environnement de travail, sur leurs missions. Étant les premiers concernés lorsqu’il s’agit de leur poste, la possibilité de donner un avis ou de participer à l’évolution de leur emploi et de leurs tâches leur permet de se réaliser au travail. Cela répond à un besoin essentiel à la motivation des salariés selon la très célèbre pyramide de Maslow. 

Palier 4 : l’autogestion

L’autogestion permet de passer à un degré d’autonomie supérieur et donc de satisfaire et motiver les salariés plus efficacement. L’autogestion doit être mise en place lorsque les équipes atteignent leurs objectifs durablement. Ainsi il est possible de leur laisser le contrôle, de leur donner le choix d’agir et de décider comme bon leur semble. Bien sûr, ceci n’est possible que si les employés continuent de remplir leurs objectifs avec ce type d’approche. Si c’est le cas, le manager ou supérieur joue alors plutôt un rôle de soutien. Son contrôle et sa prise de décision sont réduits pour laisser place à la responsabilisation des employés. Il reste toutefois disponible et s’assure que les équipes disposent des bons moyens pour réussir ou qu’elles ne font pas face à un problème paralysant. De cette façon, il accroît la motivation au travail de ses collaborateurs. 

Palier 5 : la prise de décision

Enfin, c’est le moment de lâcher prise pour satisfaire et motiver les salariés. Après avoir mis en place les différents paliers, les équipes sont prêtes à prendre des décisions. Lorsque la prise de décision comporte trop d’échelons, le salarié peut se trouver dans des situations inconfortables, particulièrement face aux clients. En effet, si celui-ci est fréquemment en contact avec les clients, il est plus susceptible de savoir comment le satisfaire et comment répondre à ses attentes, demandes ou besoins. Toutefois, s’il n’a pas l’autorisation de le faire sans l’accord de son supérieur, sa crédibilité peut être entachée.

Ce manque de délégation peut aussi avoir de néfastes conséquences, surtout lorsque les décisions doivent êtres prises rapidement. Si la structure du pouvoir décisionnel est pyramidale (ou verticale), il y a également un risque que la décision prise s’éloigne de la réalité des personnes réellement impactées, notamment par une absence de connaissance du terrain. Responsabiliser au plus proche de la sphère opérationnelle, c’est donner la possibilité à chacun, à son échelle, de décider et de répondre plus efficacement aux problématiques de son quotidien. Ainsi, supprimer les niveaux hiérarchiques et laisser plus de liberté aux collaborateurs dans la prise de décision, augmente la motivation et la satisfaction au travail des salariés. 

 

Ne pas abuser de sa position hiérarchique 

La pression hiérarchique peut créer de l’appréhension chez les salariés et réduire leur motivation et leur satisfaction au travail. Cette autorité renvoie un signal négatif au subordonné, pouvant alimenter un sentiment d’infériorité chez lui. La pression exercée par la hiérarchie est un des premiers facteurs de stress au travail, et qui dit stress dit baisse de motivation. Le manager ou chef entretenant cette posture creuse volontairement l’écart et perd en confiance. Se positionner le plus possible sur un pied d’égalité est donc important pour satisfaire et motiver les salariés.

Pour éviter ce type de position et afin de réduire le stress des salariés, il est important que le collaborateur ne soit pas accablé s’il ne sait pas ou plus correctement tenir son poste. Au contraire, les managers doivent être en charge du développement des compétences et doivent s’assurer que chaque employé dispose des bonnes ressources pour être efficace. Si ce n’est pas le cas, une action de formation est peut-être nécessaire pour l’aider à être plus performant dans son travail. 

Déterminer des objectifs précis est également un moyen de satisfaire et motiver les salariés sans leur mettre une pression trop importante. Par exemple, grâce à la méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Ambitieux, Réaliste, Temporellement), les objectifs fixés sont clairs et surtout atteignables. Cette technique permet d’encadrer la définition des objectifs. Ils sont ainsi réalisables par les équipes au sein de leur poste, mais leur permettent également de booster son efficacité. 

 

Être reconnaissant pour satisfaire et motiver les salariés

homme heureux au travail grâce à la reconnaissanceLa reconnaissance est une qualité indispensable dont doit disposer un manager ou supérieur s’il compte satisfaire et motiver les salariés. C’est-à-dire qu’il doit être capable d’exprimer aux employés sa satisfaction lorsque le travail est bien fait ou lorsqu’un collaborateur à bien agit dans une situation donnée. La reconnaissance doit également être de mise lorsque les objectifs sont atteints et que les résultats sont positifs. C’est un moyen de maintenir le niveau d’efficacité ainsi que de satisfaire et motiver les salariés. 

Toutefois, il arrive que le quotidien professionnel soit si rempli que vous en oubliez d’être reconnaissant. Ce n’est pas si grave, mais gardez tout de même en tête qu’être reconnaissant agit positivement sur la performance du salarié :

  • il est rassuré sur son travail et connaît votre impression ;
  • il est donc satisfait et par conséquent plus motivé pour fournir ses efforts ;
  • il réitérera ce qu’il a bien su faire et sera plus enclin à poursuivre son travail de qualité. 

Le but n’est pas de féliciter vos équipes chaque jour, au risque de provoquer l’effet inverse et que les collaborateurs se reposent sur leurs lauriers. Cependant, nous avons souvent tendance à relever ce qui est négatif et tenir ce qui est positif pour acquis sans prendre le temps de le valoriser. Alors, n’hésitez pas à communiquer sur votre satisfaction lorsque cela est bienvenu. La reconnaissance participe à la réussite de l’entreprise, c’est un moyen très simple et peu coûteux pour satisfaire et motiver les salariés. Essayez, vous serez surpris des résultats !

 

Nous voici à la fin de cette première partie. L’aspect relationnel est un ingrédient clé pour s’assurer du bien-être des salariés au travail. Ignorer ce paramètre est une faute de management qui pourrait être fatale pour l’entreprise. Car, sans ses employés et sans l’efficacité de ces derniers elle ne pourra pas maintenir sa pérennité. Bien entendu, le relationnel au travail ne constitue pas le seul facteur qui influence la satisfaction au travail et la motivation des salariés. Pour booster vos équipes, l’organisation doit également être optimisée. C’est un élément fondamental pour maintenir la productivité des collaborateurs, mais également leur confort professionnel. Découvrez la seconde partie de notre dossier sur comment satisfaire et motiver les salariés.