Recherche

Bien être au travail : essayez le job crafting !

Les relations professionnelles pour plus de bien être au travail

Job crafting : une solution pour développer votre bien-être au travail

Connaissez-vous le job crafting ? Cette tendance consiste à façonner son poste pour le rendre plus agréable et satisfaisant. Mais ne vous y méprenez pas : devenir artisan de son bien-être au travail exige avant tout d’explorer vos compétences et aspirations professionnelles. Une démarche qui en vaut la peine au vu des résultats. On vous en dit plus ?

Le job crafting, qu’est-ce que c’est ?

Le job crafting ? Littéralement, ce terme anglais se traduit par « travail fait main ». Concrètement, le job crafting consiste à modeler votre travail, les fonctions et tâches qui y sont liées, selon vos attentes et objectifs, pour cultiver votre propre bien-être au travail et y trouver plus d’épanouissement. 

Outils du job crafting pour atteindre le bien être au travailPourquoi « fait main » ? Parce que le job crafting demande de « mettre les mains dans le cambouis », avec une pointe de débrouillardise parfois, pour prendre conscience d’un éventuel mal-être ou dysfonctionnement dans votre vie professionnelle (un stress au travail trop important, par exemple). 

Il ne s’agit pas d’une méthode miracle pour transformer un travail stressant ou ennuyeux en un emploi de rêve, mais d’une démarche sérieuse consistant à réinventer votre quotidien professionnel pour le rendre plus satisfaisant. En bref, le job crafting permet de revoir les aspects de sa vie professionnelle pour la perfectionner et créer du bonheur au travail

S’il est possible que vous ayez à obtenir l’accord de votre employeur ou à engager l’action de partenaires sociaux pour mettre en place certains aménagements (comme par exemple des jours de télétravail), la démarche de job crafting doit d’abord venir d’une volonté de votre part. 

Ses avantages pour développer le bien-être au travail 

Le bien-être au travail est à la base de nombreux bénéfices. Lié aux notions de qualité de vie au travail, de santé au travail et plus globalement, d’épanouissement sur le lieu professionnel, il permet notamment aux entreprises de : 

  • réduire les accidents du travail ;
  • prévenir les risques psychosociaux ;
  • renforcer la motivation et la productivité des équipes ; 
  • améliorer l’engagement des salariés sur le long terme

Pour les actifs, le job crafting permet : 

  • d’être plus efficaces et plus créatifs ; 
  • de produire un travail de qualité ; 
  • de créer un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, et une plus grande qualité de vie globale. 

En ce sens, le job crafting est l’un des moyens d’atteindre un niveau de bien-être au travail plus satisfaisant. Un avantage pour le salarié donc, mais aussi pour l’entreprise qui l’emploie. 

Miser sur le bien-être au travail, c’est aussi prévenir le développement d’un cadre de travail nuisible à la bonne santé mentale des équipes, en engageant une démarche de prévention des risques psychosociaux tels que : 

  • l’épuisement professionnel ;
  • la souffrance au travail ; 
  • le burn-out.

Concrètement, cela permet de : 

  • réduire l’absentéisme ; 
  • améliorer le climat social ; 
  • accroître la sécurité au travail ;
  • réduire la pénibilité. 

Femme heureuse au travail grâce à la méthode job crafiting

Les entreprises et les managers ont donc tout à gagner à encourager ce type de pratiques, à commencer par la confiance de leurs collaborateurs. 

En soi, le job crafting n’est pas un outil de management. Pour fonctionner, il doit conserver sa dimension individuelle : ce sont les salariés qui, petit à petit, s’approprient leur job et l’agrémentent de leur propre manière de travailler. Il peut néanmoins faire partie d’un plan d’action global de prévention des risques professionnels, ou visant à améliorer la qualité de vie au travail (Qvt). Dans tous les cas, le rôle de l’entreprise est d’offrir de la flexibilité aux salariés tout en leur laissant une grande liberté d’action. 

Les responsables d’équipe qui souhaitent mettre en œuvre un plan d’action basé sur le job crafting pour développer le bien-être au travail ont donc tout intérêt à se renseigner sur le sujet, à condition de garder à l’esprit que c’est à chaque collaborateur d’interroger ses attentes vis à vis de son quotidien au travail. 

Comment améliorer le bien-être au travail : les leviers du job crafting

Le job crafting s’appuie sur 3 leviers principaux, actionnables par les salariés pour redessiner les contours de leur poste de travail : le contenu, les relations et la perception. Ces différents axes sont complémentaires. Ils démontrent que le bien-être au travail se trouve aussi bien dans la nature des tâches attribuées que dans la manière de percevoir sa profession

À ces 3 leviers s’ajoute l’amélioration des conditions de travail qui, de son côté, est pleinement du ressort de la direction de l’entreprise ou du manager d’équipe. 

La mise en place d’un nouveau mode de gestion des ressources humaines comme le management collaboratif peut permettre d’améliorer les conditions de travail et dans certains secteurs, de réduire les risques professionnels. 

Le contenu du poste

Revoir sa fiche de poste pour expérimenter le job craftingLe premier levier du job crafting concerne la nature de vos attributions. Pour améliorer votre bien-être au travail sans nécessairement changer de métier ou d’entreprise, pourquoi ne pas redéfinir les limites du poste que vous occupez ? 

Commencez par analyser en détail vos atouts, en entamant par exemple un bilan de compétences, et mettez-les en parallèle avec la nature de vos tâches. 

Posez-vous les questions suivantes : 

  • « Mes missions sont-elles variées ? »
  • « Ai-je une charge de travail trop importante ? » 
  • « L’organisation de l’activité et les process de mon entreprise sont-ils adaptés à ma vision ? »
  • « Est-ce que je fournirais un investissement de meilleure qualité si le périmètre de mes missions était redéfini ? »

Pour cette première étape, n’hésitez pas à sortir de votre fiche de poste. Il sera toujours temps de proposer à votre supérieur de vous confier de nouvelles missions si vous en ressentez le besoin ou l’envie. 

De la même manière, il n’y a aucune honte à lui faire comprendre que vous avez des appétences pour d’autres types de tâches et que vous seriez plus engagé si vous pouviez vous consacrer à ce qui vous anime vraiment. 

C’est justement l’objet de la seconde étape de redéfinition du contenu de votre travail : la mise en pratique. Si certaines démarches vont nécessiter d’obtenir l’accord de votre employeur, d’autres peuvent être réalisées par vous-même. Par exemple, s’il s’agit de repenser l’organisation de votre journée ou de changer de méthodologie, cela peut rester une affaire personnelle. 

Les relations professionnelles

Relations professionnelles mouvementées dans open space79 % des salariés valorisent plus l’ambiance et l’environnement de travail que le salaire. En effet, les relations professionnelles représentent un facteur important pour favoriser le bien-être au travail ainsi que le dialogue social. Leur faculté à prévenir les risques psycho sociaux (Rps) est considérable. 

Qu’il s’agisse d’améliorer vos échanges avec vos clients ou vos collègues, travailler sur vous-même est essentiel, pour d’une part développer votre propre estime, et d’autre part mieux comprendre les réactions des autres. L’objectif ? Développer une influence positive pour améliorer votre propre bien-être au travail, mais aussi celui des autres. 

Travailler sur vos relations au travail peut aussi consister à proposer des aménagements organisationnels à vos supérieurs. Par exemple, en passant d’un service à un autre, vous changerez le cadre de votre activité et combattrez la monotonie. 

La perception du poste

Trouver son pourquoi pour ressentir du bien être au travailEnfin, la perception que vous avez de votre poste de travail et des tâches qui vous sont attribuées est un levier propre au job crafting très intéressant à explorer. Améliorer ou développer votre perception permet de répondre à la quête de sens au travail, un besoin ressenti par de plus en plus de salariés. 

L’idée, c’est de trouver votre pourquoi. C’est un principe bien connu : si vous savez ce pour quoi vous agissez, vous le ferez probablement avec plus d’entrain. 

Il faut donc vous demander quelle est la finalité concrète de votre travail, mais aussi, et surtout ce qu’il vous apporte à titre personnel. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il suffit parfois de reconsidérer l’utilité d’une tâche pour retrouver de la motivation.

 

Alors, motivé pour composer vous-même votre job idéal ? Il ne vous reste plus qu’à appliquer les clés du job crafting à votre quotidien. Et si vous commenciez par un bilan de compétences avec Moovéus ?